Groupe de Recherche et d’Action pour la Santé
Accueil > Prescrire en DCI > Prescrire en DCI : juin 2001

Prescrire en DCI : juin 2001

mardi 6 décembre 2011, par Francesco

Au premier juin 2001, entrera en vigueur un nouveau remboursement des médicaments pour lesquels existent des génériques équivalents.
Les prix des spécialités, de leurs copies et génériques sont ou seront réadaptés par les firmes pharmaceutiques productrices en fonction de cette nouvelle donnée sur le marché de la concurrence.

Cette situation devrait donc être tout bénéfice pour les patients, ce dont nous nous réjouissons. Elle semble également s’orienter vers une diminution générale des prix des médicaments concernés par cette concurrence, ce qui est également bénéfique. Cette observation renforce nos précédentes affirmations d’un prix fixé pour les médicaments beaucoup trop élevé, en l’absence de toute transparence dans ce domaine.

Le problème majeur qui se posera, à partir du premier juin, aux prescripteurs est double. Nous apprenons actuellement que tous les génériques ne satisfont pas aux mêmes critères de bioéquivalence, suivant la période d’acceptation de leur dossier. Une liste révisée des génériques répondant aux critères Européens actuels de bioéquivalence serait en préparation au Ministère de la Santé. Nous l’attendons avec impatience.

D’autre part, il n’est pas possible, pour un médecin prescripteur, de consulter, pour chaque prescription, la liste complète des médicaments disponibles et de leur prix respectifs.

Il est indispensable et urgent, de permettre au médecin de pouvoir consacrer la majeure partie de son temps à exercer ce pourquoi il a une compétence propre, et dans ce domaine-ci, à prescrire la molécule la plus adéquate pour la pathologie diagnostiquée. Lui imposer une recherche constante de la spécialité ou du générique le moins coûteux, dans un marché désormais fluctuant, sort de ses compétences propres et se fera au détriment du temps de la réflexion pour une prescription scientifiquement et humainement la mieux adaptée.

Une possibilité légale de prescription en Dénomination Commune Internationale (DCI) est donc indispensable pour le 1er juin !!! Le pharmacien, dont c’est le rôle spécifique, devrait ensuite obligatoirement délivrer le médicament dont la bioéquivalence est certifiée et la moins coûteuse, ayant le droit de substitution uniquement dans ce cadre de la prescription en DCI. D’autres pays offrent cette possibilité de prescription. Le médecin qui désire prescrire une spécialité pourrait donc toujours le faire, avec l’obligation pour le pharmacien de délivrer celle-ci.

L’absence d’une telle disposition entraînera une surcharge administrative pour les médecins comme pour les pharmaciens, avec un mécontentement justifié de tous les patients pour toute prescription non rigoureusement conforme aux nouvelles dispositions qui, de plus, seront fluctuantes dans le temps au point de vue prix.
Nous demandons donc une décision rapide dans ce domaine.

Partager {#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © GRAS asbl 2012