ALERTE N° 192 (8/2022): Esprit scientifique : entre scepticisme et esprit critique 

Pas mal de controverses subsistent en médecine « grise », hors EBM… Il faut pouvoir les critiquer sans être ostracisé, taxé de « antimédecine » ou de « complotiste ». Mais entre fake-news et scepticisme, doute et esprit critique, la marge de manœuvre peut être étroite…de même entre principe de précaution basé sur des suspicions p.ex. écologiques et EBM.

Pour éviter la défiance paralysante autant que la crédulité dangereuse, l’esprit critique se doit d’évaluer la force de  la preuve et la fiabilité des sources en s’appuyant sur les ressources de l’intelligence collaborative. Attention aux réseaux et plateformes d’échange sur internet (Médicalement Geek, WeLinkCare, …) intéressantes pour leur aspect concret mais qui privilégient la convivialité et le dynamisme au détriment de l’EBM. Dommage que les forces se dispersent à l’heure où des acteurs comme Minerva, EBPracticeNet ou les Folia recherchent des compétences.

Il ne s’agit pas de fabriquer du doute (comme les climatosceptiques ou les antivaxs – Bienvenue à la “fabrique de l’ignorance”) mais de  garder son esprit critique devant certains « progrès » de la médecine…Dans les situations de crise, l’autoritarisme sanitaire semble aussi contagieux que le variant delta (P.Biron)  

La nuance est-elle de la mollesse ou de l’héroïsme? – La Libre 

L’un de nos membres a réalisé une recherche sur les outils de dépistage des

Fakenews. 

Entre fakenews et complotisme : la rationalité face aux réseaux sociaux

Conférence et ressources de Hervé MAISONNEUVE

Entre humour et esprit critique, les billets d’humeur de Luc Perino

Santé entre science et raison, médecine entre profit et précaution

Notre ambition est d’aider médecins et patients à se libérer des diverses pressions qui s’exercent sur le soin. 

Un engagement d’information éclairée : 

Se réapproprier la vulgarisation médicale qui a échappé aux cliniciens.

Lutter contre l’asymétrie des rencontres entre des experts normatifs et des profanes souffrants.

Valoriser et vulgariser les sciences biomédicales pour mieux réindividualiser le soin.

Développer l’humanisme et l’empathie sans diminuer la rigueur scientifique. 

Critiquer les biais des publications pour améliorer le rapport bénéfices / risques dans tous les types de soin.

Commenter les dérives de la médecine et la marchandisation du soin avec le plus d’objectivité possible.

Empêcher les marchands d’usurper le concept d’éthique médicale en le vidant de son sens. 

Utiliser l’humour quand il peut contribuer à l’information éclairée. 

Enfin, introduire la réflexion évolutionniste pour réinsérer le patient dans l’environnement et maintenir la médecine dans l’histoire de la vie.

Deux exemples parmi d’autres: Modèle de l’antibiorésistance

https://lucperino.com/508/la-pharmacie-du-facteur.html

cfr. le diplôme universitaire « Biologie de l’évolution et médecine » Université Claude Bernard Lyon 1  sur www.bem-univ.fr